Voir Tous
Rubrique
Le Soir Auto

Groupement de concessionnaires algériens Des véhicules à 990 000 DA

Publié par LSA
le 13.10.2021 , 11h00
5554 lectures

Le groupement des concessionnaires automobiles algériens revient à la charge avec une nouvelle lettre adressée au président de la République. A la différence des précédents courriers, ils mettent en avant les prix qu’ils mettront en application dès qu’ils obtiendront leur agrément.
Ils annoncent, ainsi, une citadine d’entrée de gamme entre 990 000 et 1 800 000 DA TTC selon les marques, des utilitaires légers (mini-truck) à partir de 1 050 000 DA TTC, des pick-up à partir de 2 300 000 DA TTC, des poids lourds aux prix variant entre 1 900 000 et 4 700 000 DA TTC.
Dans cette lettre, il est également précisé que «ces prix sont étudiés de telle sorte que la majorité des citoyens puisse accéder à la possession d’un véhicule neuf avec une garantie de 5 ans».
Ce groupement d’opérateurs revient sur les conditions de cette situation actuelle, «aujourd’hui, notre activité, en berne depuis des années, risque de nous mener vers la faillite par la faute du comité technique interministériel, qui a prononcé un refus aux vingt postulants à l’agrément dont les dossiers ont été étudiés, même si certains disposent de toutes les installations requises par le cahier des charges».
De même qu’ils rappellent que «nous souhaitons vous rappeler que le produit automobile est considéré dans le monde entier comme un moteur contribuant efficacement au développement économique et favorisant la croissance. Dans cette perspective, le véhicule utilitaire, tous segments confondus, permettra aux entreprises algériennes de retrouver dynamisme et croissance. Autre point d’importance, le renouvellement du parc automobile est aujourd’hui plus qu’une nécessité. Les drames qui se déroulent quotidiennement sur nos routes en raison de l’âge avancé des bus, camions, utilitaires légers et véhicules particuliers, l’absence d’un entretien chez le professionnel et le recours de plus en plus fréquent des citoyens à la pièce de contrefaçon, sont autant de motifs qui militent pour le retour de l’importation des véhicules neufs et la pièce d’origine».
Le GCAA insiste sur la qualité des prestations offertes actuellement par la faune de revendeurs de tout acabit qui proposent des véhicules à des prix astronomiques. «Il est de notoriété publique que le concessionnaire est l’opérateur qui détient un contrat de représentation d’un constructeur automobile. Ce qui est exactement notre cas. En revanche, les importateurs multimarques se contentent d’importer des lots de véhicules acquis en dehors du canal officiel, autrement dit, chez les garagistes, mandataires et réseaux de revente. Ces véhicules sont livrés sans la garantie constructeur, sans service après-vente et sans disponibilité de la pièce d’origine.»
L. S. A.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 07-12-2021

Enseignement post-Covid-19 : les clés du changement

La pandémie de coronavirus, qui a frappé l'humanité au début de 2020, a changé notre monde, affecté tous les domaines de la vie humaine, y compris l'éducation, et conduit, de plus, à l'adoption généralisée de mesures sans précédent. Les établissements

2

Périscoop 11:00 | 05-12-2021

Pas un mot de français

Les organisateurs de la conférence nationale sur la relance de l’industrie ont tout simplement évité l’usage du français. Les documents distribués à l’occasion de l’ouverture