Voir Tous
Rubrique
Constances

Il y avait des doubles-canons au temps du Prophète ?

Publié par Slimane Laouari
le 17.10.2021 , 11h00
2110 lectures

Ça pétarade déjà depuis une semaine. Peut-être plus ou peut-être… plus. Ces choses-là ne se revoient jamais à la baisse, mon frère. Et pourquoi ça pétarade donc ? Ne pose pas de questions stupides, mon frère. C’est le Mouloud et c’est sacré, on ne plaisante pas avec ça, mon frère. Qu’est-ce qui est sacré, «qu’on ne doit pas plaisanter avec» pour parler comme Renaud, le Mouloud ou les pétarades des semaines avant le Mouloud ? Les deux, mon frère, l’un ne va pas sans l’autre, mon frère. Et plus on commence tôt, mieux ce sera. La naissance du Prophète, ça mérite toutes les manifestations de joie possibles et imaginables. C’est toujours mieux quand les festivités durent plus longtemps. Et pour que ça dure longtemps, il faut que ça commence tôt, le plus tôt possible. C’est la logique, mon frère. Si tu ne comprends pas la logique, il y a le bon sens. D’accord, l’événement est d’une portée historique, on doit le fêter de la manière la plus grandiose possible, mais pourquoi les pétards ? C’est ma tradition, mon frère. On doit rester fidèle à la tradition, si on veut rester fidèle au Prophète et l’honorer. Euh, la tradition, vous voulez dire que quand on a commencé à fêter le Mouloud, du vivant du Prophète ou après, seuls le savent les érudits en la matière, Ahmed Halli en tête, il y avait déjà des pétards ? Vous voulez dire qu’il y avait déjà des «doubles-canons», des «fusées», des «sifflantes»… et tout l’arsenal qu’on voit sur les étals d’Alger, d’Oum-el-Bouaghi, Aïn Kercha, BBA, SBA, Tam, Draâ-el-Mizan, Tolga… ? Vous voulez dire que «l’industrie pyrotechnique» était déjà florissante dans La Mecque rayonnante et la Médina conquérante ? Non, ces questions ne sont pas importantes. Ce qui compte, c’est que c’est la tradition, mon frère, c’est comme ça parce que ça ne peut pas être autrement. Et d’où viennent les pétards qui nous permettent de respecter la tradition, rester fidèles au Prophète et mériter sa bénédiction ? Voilà, tu poses enfin une question importante, mon frère. Les pétards viennent de Chine là où le Prophète a recommandé d’aller chercher la science. Mais comment on fait pour faire venir tout cet arsenal alors qu’il n’y a plus d’avions et de bateaux qui circulent depuis quelque temps ? C’était déjà –théoriquement bien sûr – compliqué avant, puisque l’importation des «produits pyrotechniques» est illégale. Maintenant qu’il n’y a même plus d’avions et de bateaux… Tu es incorrigible, mon frère, te voilà déjà retombé dans tes travers : poser des questions inutiles.

S. L.

CHRONIQUE
DU JOUR

Les + populaires de la semaine
1

Contribution 11:00 | 07-12-2021

Enseignement post-Covid-19 : les clés du changement

La pandémie de coronavirus, qui a frappé l'humanité au début de 2020, a changé notre monde, affecté tous les domaines de la vie humaine, y compris l'éducation, et conduit, de plus, à l'adoption généralisée de mesures sans précédent. Les établissements

2

Périscoop 11:00 | 05-12-2021

Pas un mot de français

Les organisateurs de la conférence nationale sur la relance de l’industrie ont tout simplement évité l’usage du français. Les documents distribués à l’occasion de l’ouverture